Django Reinhardt, swing de Paris

Vernissage: 12/11/13 u 18h00

Académie des Beaux-Arts

Dans le cadre de la cérémonie d’ouverture du festival A-Fest, le 12 novembre à l’Academie des Beaux Arts, l’Institut français de Serbie vous présente l’exposition Django Reinhardt, swing de Paris.

L’exposition Django Reinhardt, Swing de Paris qui nous vient de la Cité de la Musique, est constituée de photographies, d’enregistrements et de matériel multimédia interactif. Tsigane converti aux vertus du swing américain, Django est l’une des personnalités les plus emblématiques du foisonnement cosmopolite qui anime la capitale française durant l’entre-deux-guerres.

Au cours de son enfance, Django Reinhardt voyage beaucoup avant de se fixer à Paris avec ses parents. Il apprend seul les rudiments de la musique et se produit très jeune dans les bals, où il joue du banjo et de la guitare.

A l’âge de 18 ans, sa roulotte est en proie aux flammes et Django est gravement brûlé à la main gauche. Il refuse d’abandonner la musique et invente alors une nouvelle façon de jouer. En 1934, il met sur pied le quintette à cordes du Hot Club de France en compagnie de Stéphane Grappelli. Par son originalité, le groupe se démarque du style noir américain et enregistre de nombreux titres (Minor Swing, 1937 ou Nuage, 1940). Formidable improvisateur, Django Reinhardt se distingue dans l’univers du jazz comme l’un des musiciens les plus novateurs de son temps. Il exerça une profonde influence sur toute l’histoire du jazz et notamment de la guitare.