Cinéma solidaire pour l’aide aux réfugiés

Lundi 13 et mardi 14 juin, à 19h et  à 21h
Centre de jeunesse CK13, Vojvode Bojovica 13

Venez nombreux nous rejoindre à Crna kuca lundi 13 et mardi 14 juin pour 4 projections de films documentaires français. Ce cinéma solidaire permettra de venir en aide aux réfugiés. A l’entrée, vous serez invité à déposer une donation de 150 dinars minimum, qui sera entièrement versée au fonds du Centre des bénévoles de Voïvodine, destiné à l’aide aux réfugiés http://bit.ly/1U93woQ

AU PROGRAMME :

Lundi 16 juin – 20h00
BARCELONE OU LA MORT
(FRA, 2007, 49′ )
Réalisé par Idrissa Guiro
en français et anglais – sous-titrage serbe

D’une banlieue de Dakar partent vers l’Europe de fragiles bateaux, dont les passagers risquent de disparaître sous les eaux de l’Atlantique. La pêche locale est en faillite, le pays peine à offrir un avenir à ses jeunes. Dans chaque famille, quelqu’un rêve de partir, à tout prix.

Lundi 13 juin – 21h00
D’UN MUR A L’AUTRE – DE BERLIN A CEUTA
(FRA, 2008, 90’ )
Réalisé par Patric Jean
sous-titrage en serbe – film en différentes langues dont français

De l’ancien mur de Berlin à la nouvelle clôture de Ceuta en terre africaine, ce road-movie nous fait traverser l’Europe. Quatre frontières au moins mais un seul axe : une société métissée, multiculturelle riche de ses diversités en dépit de ses traditions de rejet.
Du nord au sud, Patric Jean part avec humour et tendresse à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont migré des quatre coins du monde et qui composent cette nouvelle société, y participant avec énergie et générosité.

Mardi 14 juin – 19h00
DANS LES DECOMBRES
(FRA, 2008, 72′ )
Réalisé par Olivier Meys
en chinois- sous-titré en serbe

A Pékin, les derniers hutong de Qianmen, ancien quartier populaire et véritable mémoire de la ville, disparaissent sous les coups des pelleteuses pour qu’un Pékin flambant neuf accueille les jeux Olympiques. Les expropriations sont brutales, les indemnisations insuffisantes, les protestations vaines. La police veille, la presse est absente. Olivier Meys filme la colère, l’angoisse des habitants et leur détermination à rester dans leurs maisons jusqu’au bout…

Mardi 14 juin – 21h00
LA MERE
(FRA, 2007, 80’ )
Réalisé par : Antoine Cattin et Pavel Kostomarov
en russe -sous titré en serbe

Liouba, 48 ans, trime dans un kolkhoze de la région de Novgorod, dans le nord de la Russie, pour élever sa tribu d’enfants. En tout, elle en a neuf, qu’elle a emmenés avec elle en fuyant un mari violent et alcoolique. Sa fille aînée Alessia lui prête main-forte, contrairement aux deux grands fils : le plus vieux est en prison, l’autre traîne sa mauvaise humeur en attendant l’armée… Torrents d’amour Antoine Cattin et Pavel Kostomarov ont partagé trois années de la vie de Liouba – prénom qui en russe signifie “amour” –, dans une complicité sans faille. À l’arrière-plan, la bande rigolarde des petits forme un choeur antique éternellement joyeux. Il y a aussi la grande misère et la dureté du monde, dans cette campagne russe ravagée par la pauvreté et l’alcoolisme. Constamment proche la caméra magnifie le combat quotidien des deux femmes contre le chaos qui les environne, plongeant le spectateur dans un maelström d’émotions, amour et détresse mêlés.