« 14/18 Lettres des Balkans » : d’Ajaccio à Monastir

Une lecture/spectacle qui évoque les destins croisés de soldats corses de l’armée d’Orient et des blessés et réfugiés serbes en Corse.

Du 19 au 24 novembre
Dans quatre villes en Serbie et en Macédoine

Mercredi 19 novembre à 19h – Šabac, Lycée de Šabac, Masarikova 13
Jeudi 20 novembre à 20h – Novi Sad, Théâtre des jeunes, Ignjata Pavlaša 4
Vendredi 21 novembre à 20h – Belgrade, Centre culturel Rex, Jevrejska 16
Lundi 24 novembre à 19h – Niš, Pozorište lutaka, Bul. Zorana Đinđića 7

Tout au long de l’automne, l’Institut français évoque le premier conflit mondial avec des propositions artistiques inédites.

1914/1918 : la planète entière est touchée par la guerre. Pris dans la tourmente, la Corse et les Balkans vont voir se croiser un temps leurs destins. Plus de 300 000 soldats français de l’Armée d’Orient combattront en Serbie et en Macédoine. 70 000 ne reverront jamais leur pays. Parmi ceux-là, de nombreux jeunes Corses tombés notamment devant Monastir (aujourd’hui Bitola). Dans le même temps, plus de 5 000 blessés et réfugiés serbes seront accueillis en Corse. Certains y referont leur vie…

Le spectacle, proposé par le Théâtre Point d’Ajaccio dans une mise en scène de Francis Aïqui, est construit à partir de lettres issues d’archives personnelles et familiales venues de Corse, de Serbie et de Macédoine, ainsi que de correspondances officielles obtenues auprès des Archives départementales de Corse du Sud. Ces tragédies personnelles et ces parcours improbables témoignent des bouleversements définitifs qui résulteront du premier conflit mondial.
Ici le théâtre incarne, réincarne et privilégie la simplicité pour se faire passeur de mémoire, pour « donner à voir et à entendre ».

Le spectacle sera également présenté à Bitola le 26 et Skopje le 28 novembre.

Logos2